Accueil Karate Grands Maîtres (hist.)
La biographie des Grands Maîtres

Anko Itosu

糸洲 (1830-1916)

Yasutsune Itosu est né en 1830 à Gibo dans le district de Shuri à Okinawa.

Enfant, Itosu était petit, timide et introverti. Il a grandi dans une famille éminente et a fait des études en "Classiques chinoises" et calligraphie.

Il a commencé ses entraînements avec Nagahama Chikudon Peichun pour ensuite passer par Sokon "Bushi" Matsumura et Kosaku Matsumora.

Il était secrétaire du dernier roi des îles Ryukyu jusqu’en 1879, tandis que le Japon supprimait la monarchie okinawaïenne.

En 1901, il fut l’un des pionniers de l’insertion des arts martiaux dans les écoles. En 1905, Itosu était professeur à mi-temps de "Tode" (ancêtre du Karate) dans une école primaire à Okinawa. C’est là qu’il a développé une méthode d’enseignement des techniques de Karate que l’on emploie encore aujourd’hui. Il a crée et introduit les Pinan/Heian comme phase intermédiaire pour les jeunes élèves, car il trouvait les anciens katas trop difficiles pour les enfants. Les 5 Pinan sont dérivés de deux katas plus anciens : Kushanku et Chiang Nan. C’est aussi lui qui a décomposé le long kata Naifanchin en trois parties : Naifanchin Shodan, Naifanchin Nidan et Naifanchin Sandan.

En octobre 1908, Itosu a écrit "Le Tode Jukun" (Les 10 préceptes du Karate), une lettre très importante pour l’insertion du Karate dans les écoles, à l’attention du Ministère de l’Education et le Ministère de la Guerre.

Il mourut en 1916.

Il était très connu son travail au Makiwara et pour la force de ses bras, ses jambes et ses mains. Plusieurs légendes circulent à propos de ses entraînements. Une histoire raconte qu’il marchait en "Shiko/Kiba Dachi". De là son surnom "Anko", qui signifie "Cheval de Fer". Une autre raconte qu’il attacha une sandale en cuir à un mur. Après quelques coups, la pierre tomba du mur. Après avoir déplacé la sandale plusieurs fois, le mur était entièrement détruit.

Itosu pensait que le corps devait être entraîné pour pouvoir résister aux coups les plus durs.

Itosu a enseigné à beaucoup de grands Maîtres, tels que Choyu Motobu (1857–1927), Choki Motobu (1870–1944), Kentsu Yabu (1866–1937), Chomo Hanashiro (1869–1945), Gichin Funakoshi (1868–1957), Moden Yabiku (1880–1941), Kanken Toyama (1888–1966), Chotoku Kyan (1870–1945), Shinpan Shiroma (Gusukuma) (1890–1954), Anbun Tokuda (1886–1945), Kenwa Mabuni (1887–1952) et Choshin Chibana (1885–1969). [Top]

Kanryo Higaonna

寛量 東恩(1853-1915)

Le nom "Higaonna" est souvent prononcé "Higashionna". Aucune de ces prononciations n’est considérée comme fausse.

Kanryo Higaonna est né le 3 mars 1853 à Nishi-shin-machi dans le district de Naha à Okinawa. Il est issu d’une famille qui possédait une usine de bois de chauffage.

Vers 1860, il débute l’étude des arts martiaux sous l’enseignement de Seisho Aragaki.

En 1877, il quitte Okinawa pour se rendre à Fuzhou, dans la province Fujian en Chine où il continue ses études des arts martiaux avec plusieurs Maîtres chinois tels que Wai Xinxian, Kojo Tatai, Ryoto et Liu Liu Ko. Selon la légende, Kanryu Higaonna passait des années à faire le ménage pour Liu Liu Ko, jusqu’au moment où il sauva sa fille de la noyade pendant une inondation. Il supplia son Maître de lui apprendre le Kung Fu comme récompense.

Vers 1885, Kanryo Higaonna retourne à Okinawa pour y reprendre l’affaire familiale. Au même moment, il commence à enseigner les arts martiaux partout à Naha. Son système, un mélange de techniques dures et souples, fut rapidement appelé "Naha-te".

Higaonna était connu pour son puissant kata "Sanchin". Les étudiants racontaient que le sol en bois devenait chaud par l'ancrage de ses pieds.

Il mourut en 1915.

Parmi ses élèves on compte des Maîtres tels que : Chōjun Miyagi, Kyoda Shigehatsu, Koki Shiroma et Higa Seiko. [Top]

Ryuso Kenwa Mabuni

摩文仁 賢和 (1880-1992)

Kenwa Mabuni, le fondateur (Ryuso) du Shito-ryu, est né le 14 novembre 1880 à Shuri à Okinawa. Bien qu’il appartienne à la 17ème génération de Kenio Oshiro (un guerrier renommé du royaume du Ryukyu), il était un enfant physiquement faible. A l’âge de 13 ans il a été accepté à l’école de Maître Anko Itosu dans le village de Shuri où il étudiait le Shuri-Te. A l’âge de 20 ans il étudiait le Naha-Te chez Kanryo Higaonna.

Après ses études secondaires et son service militaire, il a rejoint la police pendant dix ans. Ce métier lui permettait de visiter les différentes parties du pays et de suivre l’enseignement de différents Maîtres. Il a aussi suivi l’art ancien du Ryukan Budo.

Vers le début du 20ème siècle, le Karate-do devient de plus en plus répandu. En 1910, il est même inclus dans le système scolaire et considéré un cours, tout comme les mathématiques et le japonais. C’est à cette époque que Kenwa Mabuni commence à enseigner le Karate-Do.

180px-mabuni_kenwa 640x480
kenwa217 640x480
mabuni-heian2 640x480
mabuni
mabuni4a 640x480
mabuni53 640x480
mabuni_kokenuke 640x480
mabunikenwa2 640x480
mabunikenwa4 640x480

Le 13 février 1918, son fils Kenei nait. Cette même année, il décide de rendre le Karate-Do populaire avec l’aide d’autres Maîtres tels que Gichin Funakoshi, Choju Oshiro, Chosin Chibana, Anbun Tokuda, Shimpan Shiroma, Seicho Tokuumura et Hoko Ishikawa. En 1918 toujours, Kenwa Mabuni a l’honneur de faire une démonstration dans le lycée d’Okinawa en présence des Princes Kuni et Kacho. En 1924, il fait une démonstration devant le Prince Titibu.

En 1925, Kenwa Mabuni et plusieurs autres Maîtres créent "l’Okinawa Karate-Do Club" qui devient le premier dojo permanent. Beaucoup de Maîtres importants s’entraînaient dans ce dojo. Entre autres : Juhatsu Kyoda, Chojun Miyagi, Choyu Motobu, Chomo Hanashiro, Choju Oshiro, Choshin Chibana et Wu Xian Gui (Go Kenki). Kenwa Mabuni et Chojun Miyagi y sont devenus les premiers instructeurs permanents.

En 1927, Kenwa Mabuni et Chojun Miyagi a eu l’opportunité de faire une démonstration devant Jigoro Kano, le fondateur du Judo, qui venait ouvrir un nouveau dojo à Okinawa. Celui-ci considérait le Karate-do comme l’art martial par excellence autant pour l’attaque que pour la défense. Il encourageât les deux amis à répandre l’art au Japon. Kenwa Mabuni partît alors pour Osaka…

Au Japon il rencontra beaucoup de difficultés, mais ne cessa jamais de faire connaître son art. En 1931 il créa le Dai-Nihon Karate-Do Kai, qui plus tard devint le Nihon Karate-Do Kai. Beaucoup de ces étudiants étaient des étudiants directs de Kenwa Mabuni. Actuellement ils forment le noyau du Shito-Kai dans la Fédération Japonaise de Karate-Do.

Après la deuxième guerre mondiale, les écoles de Karate-Do se sont ouvertes l’une après l’autre dans les écoles et les universités.

Maître Kenwa Mabuni est décédé le 23 mai 1952.

Le Shito-Ryu Karate-Do de Maître Mabuni combine les principes du Shuri-Te de Maître Itosu et du Naha-Te de Maître Higaonna. Le nom "Shito" (糸東) est formé par les premiers kanji (caractères) des noms de ses Maîtres: le kanji pour "Ito" se prononce aussi {shi} et le kanji pour "Higa" se prononce aussi {to}. "Ryu" signifie "école".

Actuellement le Shito-Ryu est l’un des styles les plus pratiqués dans le monde. [Top]

Soke Kenei Mabuni

摩文仁 賢榮, (1918-...)

Kenei Mabuni est né le 13 février 1918 à Shuri à Okinawa. Il est le fils aîné de Maître Kenwa Mabuni, le fondateur du Shito-Ryu Karate-Do.

Dès son très jeune âge, il suit l’enseignement de son père et avec qui il participe souvent à des démonstrations partout au Japon pendant les années 30.

En mars 1934, Maître Kenwa Mabuni crée son premier dojo à Osaka, appelé "Youshukan". Le jeune Kenei y reste souvent avec la famille Konishi pendant que son père enseigne le Karate partout dans le pays.

En mars 1936, le style de Kenwa Mabuni est officiellement appelé le Shito-Ryu. Keneï connaît personnellement les Maîtres qui viennent s’entraîner avec son père (tels que : Motobu Choki, Konishi Yasuhiro, Moden Yabiku et Gichin Funakoshi).

En plus du Karate-Do, il étudie plusieurs autres arts martiaux tels que l’Aïkido, le Kendo, le Kobudo Okinawaïen, le Jujutsu, le Judo et le Ninjutsu.

3kenei13 640x480
3kenei3 640x480
6kenei6 640x480
7kenei7 640x480
kenei2 640x480
keneimabuni 640x480

Après le décès soudain de son père le 23 mai 1952, Keneï Mabuni devient le deuxième Soke (Maître désigné) du style.

En novembre 1960, il devient le "Kansaï-President" (Président de l’Ouest) de la Fédération Shito-Ryu pendant qu’Iwata Manzo devient le "Kanto-President" (Président le l’Est).

Pendant le premier championnat du monde (WUKO) en 1972, Keneï Mabuni fait une démonstration du kata "Nipaipo" de Maître Go Kenki.

Le 15 janvier 1984, Maître Mabuni reçoit la Médaille d’honneur pour ses contributions aux arts martiaux par le Nippon Budo Kyougi Kai (le Conseil Japonais des Arts Martiaux).

Le 19 mars 1993, il collabore à la création du "World Shito-Ryu Karate-Do Federation" (la Fédération Mondiale du Shito-Ryu) à Osaka au Japon et en devient le Sosai (gouverneur).

Soke Keneï Mabuni, titulaire du 10ème DAN, voyage à travers le monde pour enseigner le Shito-Ryu. Le 26 et 27 octobre 1996, il passe à Bruxelles où Evi Geeroms et Bruno Bellanger, tous deux ceinture noire depuis quelques mois, ont l’honneur de pouvoir suivre son enseignement.

Il est décédé le 19 décembre 2015 à l'âge de 97 ans. [Top]